MANIFESTE POUR UNE CITE MÉTROPOLITAINE : AVIS DU CONSEIL DE DÉVELOPPEMENT

Au retour de la pause méridienne, le « manifeste pour une cité métropolitaine » revenait sur la table des conseillers métropolitains, avec la présentation de l’avis du Conseil de Développement (C2D). L’occasion pour le groupe de revenir sur les critiques émises par le C2D à l’encontre du projet métropolitain, devenu « manifeste » et destiné à être une feuille de route pour notre Métropole à horizon 2030. Parmi ces critiques : un vocabulaire peu compréhensible, des orientations en matière de transition environnementale trop faibles… et aucun plan d’actions concrètes !
« Que va t’on faire de tout ça », demandait Jean-Damien Mermillod-Blondin, rappelant qu’à l’époque du lancement de la démarche de projet métropolitain, Christophe Ferrari annonçait qu’il faudrait « laisser la place à la créativité » et ne pas craindre « de se faire bousculer ». Aujourd’hui, c’était chose faite !

Comment pourtant comprendre et accepter qu’à l’issu de l’avis du C2D, la Métropole propose aujourd’hui la tenue de 3 grands débats visant à poursuivre la réflexion, alors même qu’elle reconnaît, dans le même temps, que le texte ne sera jamais modifié d’un pouce ? « J’espère que le C2D dira, merci d’être venu, mais vos avis ne seront pas pris en compte », disait donc Jean-Damien Mermillod-Blondin !
Si le président de la Métropole a, une nouvelle fois, et à tort, reproché au groupe de s’être mis en retrait du travail supposé être porté collectivement par les élus, Claudine Longo a regretté avec force que lors de la rédaction du manifeste, les élus qui n’appartenaient pas à la majorité aient été volontairement écartés du travail, et ce, de façon assumée…