ARRÊT DU PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal)

Si chacun peut se satisfaire d’un réel travail d’échanges constructifs avec les services de la Métro, Jean-Damien Mermillod-Blondin a tenu à mentionner le fait qu’il restait encore quelques points à revoir dans certaines communes, notamment pour respecter leur spécificité, leur réalité, leur géographie, leur histoire.

On ne peut cependant regretter que ce PLUi soit une addition de perspectives communales qui ne valorisent aucunement une vision métropolitaine d’aménagement du territoire. Ce n’est pas via une clé USB distribuée aux élus en Conseil que l’on peut s’approprier un tel document d’aménagement à l’échelle des 49 communes.

C’était ainsi l’occasion de rappeler également un problème de méthode. Le PLUi doit être un outil d’aménagement au service d’un projet métropolitain, qui doit répondre à des objectifs prioritaires qui peuvent être le logement, le développement économique, les équipements publics… mais c’est avec une vision globale, prospective, ambitieuse que l’on peut vraiment aborder un tel document de planification.

Lorsque Jean-Damien Mermillod-Blondin réclamait, au nom du groupe, un projet métropolitain, l’exécutif de la Métropole répondait « contrat de majorité », depuis peu, la Métropole travaille à la rédaction d’un projet métropolitain, preuve qu’il n’existait pas…

Dès lors, sans projet à l’horizon 2030, comment construire un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, qui conditionnera les aménagements du territoire Métropolitain, dans bien des domaines, rendant, entre autres, constructibles ou non des terrains, des zones existants, selon les critères d’accessibilité, de prévention des risques, d’équilibres territoriaux ?

La majorité parle sans cesse de « Faire Métropole », sans projet partagé, approprié par tous, ça risque d’être un peu difficile…

Désormais, le projet de PLUi arrêté sera transmis au Préfet, à l’ensemble des communes membres et aux personnes publiques associées.

À suivre…