LOGEMENT : plan partenarial de gestion de la demande et d’information du demandeur (PPGD) et Convention Intercommunale d’Attribution (CIA) : appel au réalisme !

Deux délibérations relatives au logement étaient présentées en conseil métropolitain, relative au plan partenarial de gestion de la demande et d’information du demandeur, et à la Convention Intercommunale d’Attribution. « C’est la loi, c’est vrai », intervenait alors Claudine Longo, tenant à dire que jusqu’à ce jour, 90 % des objectifs présents dans le PPGD étaient assurées par les communes, qui, souvent, ont du augmenter la charge de travail des personnels. C’est également la loi pour la CIA : toutefois, toutes les communes n’ont pas été associées avec la même importance au cours du travail sur cette convention, ce que regrettait Claudine Longo, avant de rappeler que la construction de logements sociaux devait se faire en bonne intelligence, et en veillant à ce que chaque commune ait les moyens de le faire. Le groupe s’est en effet inquiété de la volonté de réduction de 30 % affichée dans les QPV, et de la question de la réorientation de ces ménages dit « GAM », terme regretté au passage…

Cette question, en effet, en soulève une autre : Michel Savin a tenu ainsi à rappeler au réalisme de la vie quotidienne des quartiers dans lesquels de grandes difficultés de cohabitation existent parfois, et desquels, mêmes, des familles sont obligés de partir. Avec les délibérations métropolitaines, grand est le risque de voir tout le travail effectué par une commune remis en cause lorsqu’une décision d’attribution viendra gommer, sans avis des communes, des années de travail sur l’attribution de chaque logement. Enfin, face au risque de « paupérisation de la Métropole », une réflexion à l’échelle du département est plus que nécessaire, afin de parvenir à un équilibre sur l’ensemble du territoire pour le relogement des familles : la Métropole ne devrait pas être la seule à devoir être en capacité de recevoir sur son seul territoire…