POLITIQUE SPORTIVE ET POLITIQUE CULTURELLE, DEFINITION DES CRITERES : QUEL CHIFFRAGE?

 

Si le groupe Métropole d’Avenir a voté, le 24 mars, pour les deux délibérations visant à approuver les critères définissant la politique sportive et culturelle de la Métropole, les débats n’en furent pas moins importants. Rappelons que le groupe, le 3 novembre 2016, avait tenu à s’abstenir sur la prise métropolitaine de la compétence sport et culture, et notamment sur la définition des projets sportifs et culturels métropolitains. Il y a quelques mois en effet, les élus du groupe avaient manifesté leur crainte quant à l’absence de chiffrage, et tenu le cap de cette question : quelle plus-value métropolitaine sera recherchée dans l’élaboration de ces deux politiques ?

La délibération relative aux critères retenus pour la politique sportive avait en effet de quoi faire « saliver », avec des enveloppes de 100 000 euros : quid du financement du reste des événements ? La Région, l’État, la Ville de Grenoble joueront-elles collectifs ? Saluant toutefois une délibération ambitieuse, Jean-Damien Mermillod-Blondin a regretté une fois encore l’absence de chiffrage précis de l’ensemble des événements annoncés, ce qui pourrait en affecter la crédibilité. Jean Lovera, de son côté, évoquait la possibilité qu’une enveloppe annuelle soit réservée pour pouvoir accueillir un événement futur de grande envergure, chose qui n’est pas prévu actuellement et qui empêcherait donc financièrement de pouvoir accueillir un événement imprévu.

Enfin, où en est-on du référencement des sportifs de haut niveau présents sur l’ensemble du territoire métropolitain, et qui, parfois, ne peuvent exercer leurs disciplines dans des conditions optimales, et qui pourraient donc recevoir une aide de la Métropole ? A la question de Mohamed Gafsi, la Métropole a annoncé que ce serait le prochain chantier, espérant pouvoir présenter en conseil métropolitain une délibération avant l’été….