SCHEMA DIRECTEUR D’AMENAGEMENT LUMIERE METROPOLITAIN

« Oui à l’éclairage fonctionnel, oui à la prise en compte des enjeux énergétiques, oui à l’éclairage esthétique » :trois oui, par lesquels le groupe accueillait, lors du conseil métropolitain du 24 mars,
par la voix de Jean-Damien Mermillod-Blondin, la délibération visant à approuver l’élaboration du schéma directeur d’aménagement lumière métropolitain.

Il demeure indéniable aujourd’hui de considérer l’éclairage public comme une problématique à lier avec celle des économies d’énergie. Toutefois, quelle articulation serait prévu alors avec le SEDI ? Quel rôle occuperait le fournisseur GEG ? Quelles conditions pour un financement du Ministère de l’Environnement? Et surtout, comment permettre d’allier l’impératif besoin en éclairage, la maîtrise des coûts, la nécessaire prise en compte de l’impact environnemental mais également la garantie d’une sécurité pleine et entière de nuit ?

Citant l’exemple de la ville de Toulouse, la réponse était claire : oui, il est possible d’éclairer avec raison, en ne faisant pas l’impasse sur la sécurité des habitants, et, qui plus est, en faisant des économies ! L’exemple toulousain est éclairant : la ville est parvenue à produire en quelques années seulement 83 % de son éclairage public à base d’énergies vertes, en remplaçant ses lampadaires par des lampadaires intelligents dont l’éclairage augmente d’intensité lorsqu’il détecte un passage, et diminue à l’inverse lorsqu’il n’y a personne.


Le schéma directeur d’aménagement lumière est une belle promesse, à condition de faire la synthèse de l’ensemble des impératifs !