Projet de territoire : Pour une Métropole de terrain !

« C’est avec le sourire que nous accueillons cette délibération », a déclaré Jean-Damien Mermillod-Blondin, lors de la présentation de la délibération du lancement du projet métropolitain. Ce projet métropolitain est en effet réclamé depuis le passage en Métropole, alors même que l’ensemble des métropoles françaises ont toutes déjà adopté un projet de territoire sur 10, 15 ou 20 ans. Un projet métropolitain dont il avait été dit qu’il correspondait au « contrat de majorité » des groupes RCSE, PASC, CCC, ADIS et qu’il n’avait donc pas lieu d’être. Finalement, 4 ans plus tard, les masques tombent… Pas question donc, aujourd’hui, de « faire la fine bouche », néanmoins, quelques points de vigilance demeurent.


En effet, face à la nécessité d’ouvrir à la concertation de tous, la construction d’un projet métropolitain qui concernera l’ensemble des habitants, la Métropole doit se forger aujourd’hui une identité de « Métropole de terrain », veillant à l’expression de chacun. Le risque est non seulement d’oublier les concitoyens qui ne pourraient s’exprimer via les plateformes numériques, mais également de construire un projet métropolitain hors sol, et trop technocratique.
Si la démarche d’élaboration est prévue pour s’échelonner sur 18 mois, amenant le futur projet métropolitain à s’appliquer, lors de son adoption, sur un an de mandat seulement, espérons que la« maturité collective » dont a parlé son Président sera au rendez-vous tout au long de son élaboration, point de vigilance que nous maintiendrons lors de la séance inaugurale annoncée au 7 avril prochain.