PADD du PLUI : le débat accaparé par le projet « Neyrpic » !

Les premiers moments du débat sur les orientations du PADD du PLUI ont été l’occasion pour le Président du Groupe Métropole d’Avenir, Jean-Damien Mermillod-Blondin d’évoquer, encore, l’absence de projet de territoire, attendu depuis maintenant deux ans et demi qui aurait du être la base de ce PADD. Cette absence de projet de territoire pour la Métropole de Grenoble se ressent notamment dans les orientations présentées en conseil, qui semblent aller bien au-delà d’un simple Projet d’Aménagement et de Développement Durable.

 
Néanmoins, c’est bel et bien sur le projet Neyrpic, à St Martin d’Heres, que le débat sur le PADD s’est focalisé tout au long de l’après-midi. Le Président du Groupe Métropole d’Avenir a tenu à souligner la contradiction d’avoir, sur le territoire métropolitain, un projet de centre commercial (qui prévoit près de 100 enseignes, commerces et restaurants) qui jouirait d’une accessibilité et d’un stationnement inégalé avec le centre-ville et ses petits commerces, alors que l’on affiche une priorité de soutien au commerce de proximité.

 

L’ensemble des conseillers métropolitains qui sont intervenus sur le PADD ont tous placé le projet Neyrpic au cœur de leurs interventions, tant il paraît « décalé » par rapport à la problématique du commerce du centre ville de Grenoble, évoquée à plusieurs reprises dans le cadre du projet Cœur de Ville/Cœur de Métropole.
Richard Cazenave (Grenoble) a notamment souligné que si le dossier Neyrpic datait de 2006, les modes de consommation, les problématiques ne sont malheureusement, aujourd’hui, plus similaires. Michel Savin a, quant à lui, insisté sur le fait de se poser la question de l’impact de Neyrpic sur le territoire métropolitain, rappelant que ne rien faire aujourd’hui viendrait pénaliser le PADD en lui-même !

 

Ainsi, devant l’ampleur du débat lors de ce conseil métropolitain, Jean-Damien Mermillod-Blondin a demandé la tenue d’un vrai débat sur le sujet du projet de Neyrpic, qu’il confirmera par une demande officielle par courrier. Tandis que Matthieu Chamussy (Grenoble) demandait au Président de la Métropole Christophe Ferrari la tenue d’un vote sur ce projet afin que chaque élu prenne ses responsabilités, sans ambiguïté, au delà des déclarations.

 

Néanmoins, d’autres points ont été abordés lors de ce débat, telle que la possibilité de pouvoir, encore, modifier le document pour les communes.
Jean-Claude Peyrin (Meylan) a en effet rappelé que les marges de modification étaient en réalité très minces, et qu’il ne s’agirait donc que d’une agrégation des remarques des communes.
Cecile Curtet (Saint Paul de Varces) a demandé à ce que les remarques de chaque commune soient entendues, au nom de l’ensemble des habitants de la Métropole.
Afin de répondre à ces inquiétudes et demandes fortes que les conseils municipaux soient entendus, Christophe Ferrari a indiqué : « nous sommes dans un projet d’équilibre, nous n’imposerons rien , il faudra rediscuter de l’équilibre global à l’échelle métropolitaine. ».

Nous en prenons bonne note…